Le terrible Cyclone Yasi

06/02/2011 - Pays : Australie - Imprimer ce message

Avant de vous raconter mes aventures aux Fijis et ceux d’Asie, je vous fais un article sur le Cyclone Yasi, que j’ai vécu il y a seulement quelques jours de cela… Vous avez du en entendre parler aux informations…. Désolé pour toutes ces lignes, mais je raconte tout !

 

De retour en Australie, j’ai passé une journée à Coolangatta, près de Brisbane, près de là où les inondations début janvier ont été terribles (et le sont encore !!!)… Je ne pensais pas qu’en retournant dans le Nord du Queensland, j’allais vivre une chose aussi terrible. Plus terrible je ne le pense pas. Rester sur le toit de sa maison pendant des heures est bien pire… Et rester dans une ville inondée à plus de 5 mètres de haut pendant des jours et des semaines, est aussi très terrible. Mais vivre des heures affreuses à entendre le cyclone ravageait les alentours n’est pas amusant non plus ! Tant qu’il ne fait pas de morts tout va bien.

 

Arrivée à Cairns où je suis hébergée une nuit chez une amie japonaise… puis Retour à Tully City, dans laquelle j’ai passé déjà plus de 5 mois, ville que je connais le mieux !

Nous sommes le vendredi 28 janvier lorsque je reviens sur cette petite ville calme.

N’ayant plus de colocation, je m’héberge dans un hotel-backpacker, au Mount Tyson Hotel, un des moins chers. Premier soir, je vais voir mes connaissances dont mon ancienne maison. Je revois Fanette, une amie française, à qui j’ai refilé la place dans cette colocation lorsque je suis partie, et à qui j’ai gentiment prêté mon PC pendant 3 mois (il est toujours en état cool !). Premier jour où j’arrive, c’est la première personne à m’apprendre qu’un cyclone devrait arriver le dimanche ou le lundi qui suit… Dans ma tête « ahh tiens un cyclone ! Encore une fausse alerte sûrement ». Oui l’année dernière, lorsque je suis arrivée à Tully, c’était en mars, période des cyclones encore, et on avait eu plusieurs annonces de cyclone, petits, du coup qui n’étaient jamais arrivés. Alors là, on m’annonce un nouveau cyclone ! Même pas peurrrrrrrr d’abord !!! Ca, c’est bien la réaction typique d’un backpacker qui ne connait pas du tout, mais alors pas du tout un cyclone lol !

Bref, le week-end se passe tranquillement… Il fait chaud, humide. Oui, c’est la saison humide, c’est tout à fait normal. Besoin de prendre une douche 3 ou 4 fois par jour mais on s’en tient à 2, tout de même….

Je passe plutôt mon temps à me tracasser de mon futur job qu’à ce cyclone…. Oui, je suis revenue à Tully, c’est pour retravailler dans les bananes quoi !! Ma ferme était censée me reprendre, mais lorsque le lundi matin, je suis allée voir ma superviseur, au pick-up des backpackers, elle m’a tout simplement dit non, qu’elle avait trop de filles en ce moment. Quelle conne celle-ci ! J’étais sûre qu’elle allait me reprendre comme elle me l’avait bien dit lorsque je suis partie. Elle m’aurait encore dit « on verra après le passage du cyclone car là je ne peux rien te dire », j’aurais tout à fait compris, mais elle m’a même pas dit ça !!!

Je suis retournée me coucher et a badé toute la journée, car je ne savais pas ce que j’allais devenir sans job lol ! L’argent part vite en Australie. Tout le monde disait que ce n’était pas encore une période très intense niveau bananes… Alors faire le jumping tous les matins à 5h30 pour demander à tous les fermiers, ça me faisait plus que suer, si c’était pour attendre plusieurs semaines avant d’avoir un job !

Le mardi matin, je me suis quand même levée pour tenter…. Mais à quoi bon ??? Ce jour là, on a fait que de parler de ce fameux cyclone, que j’avais cru échapper la veille !!!

Les affiches de tous les magasins indiquaient une fermeture de 2 jours, ou plus, à cause du cyclone !

Je suis allée me baigner à la piscine, tant qu’il faisait encore beau et chaud, autant en profiter ! Pendant que tout le monde bossait à fond dans les bananes… Hum !

Je reviens de la piscine, au moment de la débauche de tous les backpackers. Ouh la la !! Ca commence à craindre. Les gens commencent à flipper de ce cyclone !!

Au moment du dîner, je parle avec un italien qui me demande si j’ai fait des provisions de courses. Heuuu, oui bien sûr, pour 2 jours à peine !!!! Il me répond avec tracas qu’il serait normalement recommandé de prévoir un minimum de nourriture pendant 15 jours, mais qu’une semaine, ça serait déjà bien. Ahhhh oui d’accord !! Bahh heuuu, je retournerais au supermarché demain matin en express hein… Bien sûr j’avais pensé à acheté plus (bon pas pour une semaine non plus !) mais vu que je pensais déjà à partir de Tully rapidement, je ne voulais pas m’approvisionner en nourriture pour rien, donc bon…

 

Le lendemain matin, beaucoup de fermes avaient suspendus le travail…. Et le supermarché était fermé aussi ! Tout était fermé ! Il ne restait qu’une petite superette où tout le monde courait dans les rayons pour ne manquer de rien… J’ai donc acheté quelques trucs mais bon, ce n’était pas facile à trouver des trucs intéressants. Et puis c’était super cher !!

La journée s’est passée en stress total !! Et ce jour là j’ai vraiment commencé à baliser. Je venais d’appendre que le cyclone était passé en catégorie 5 sur une échelle de 5, et qu’il allait être plus terrible que le cyclone Larry, il y a 5 ans de ça.

Cette fois, le cyclone, ce n’était pas une petite blague, encore moins une fausse alerte !! Il allait être gros, s’étendre à des centaines de kilomètres à la ronde, et aller être violent !!

Il fallait préparer ses valises, se préparer au pire quoi ! Essayer un maximum que tout ne parte pas en éclat. Dans les maisons, c’était le moment aussi de faire ses valises pour être évacuer dans des lieux plus sûrs tels que l’église ou gymnase…

 

Il a commencé à pleuvoir comme il faut dès l’après-midi et a y avoir du vent. J’avais vraiment peur que le cyclone arrive plus tôt que prévu… Mais il devait arriver seulement qu’à environ 22h.

 

La vingtaine de jeunes backpackers de mon hôtel étaient stupides, mais à un point !!!!!! Dès l’après-midi, et comme tous les jours de la semaine, c’est la partie picole ! Goon (vin pas cher pour backpacker) et bières, c’était un soir comme les autres. Pas besoin qu’un cyclone arrive pour s’arrêter de boire pensent-ils… Je ne comprends pas qu’on puisse être con et stupide pour vouloir boire et boire et boire un soir de cyclone où tout le monde panique !!

A 20h, ils étaient sur le balcon face aux chambres, le vent soufflait déjà fort mais le balcon était protégé par des grosses planches en bois. Mais il y avait des vitres aussi, justes à côté. Musique à fond, c’était la fête !!! Nan mais y’a de quoi halluciner tout de même !!

Une amie japonaise, qui ne se sentait pas sécurité dans sa colocation, est venue se réfugier chez nous, du coup ça m’a bien fait plaisir, car je me suis sentie moins seule face à des jeunes vraiment stupides (mecs comme filles !). Mais lorsque je l’ai vu, j’ai flippé car il y avait du vent dehors déjà fort et elle était venue à pied. Mais elle m’a rassuré en me disant que ça faisait environ 2h qu’elle était là et qu’il y avait moins de vent lorsqu’elle est venue.

 

22h… Plus personne sur ce balcon là, ça devient trop dangereux à cette heure là le patron dit, tout le monde doit descendre. Moi qui avait déjà peur avant, je ne sais pas comment il a fait pour les laisser rester en haut jusqu’à 22h. Enfin bref !

Nous étions tous dans le salon-cuisine… Mais il n’y a pas de porte et on entend le vent qui souffle à fond !!!! Je pense qu’on n’est pas loin des 290 km/h prévu pour toute la nuit.

Il a failli y avoir une grosse baston entre les jeunes bourrés ce soir là…. PFF ! Bref, on passe….

 

C’est quand même possible d’aller jeter un coup d’½il sur un autre balcon, voir ce qu’il se passe dehors… Malgré le vent qui tapait dur et qui me terrifiait, j’ai pris mon courage à deux mains comme on dit pour aller sur ce balcon, protégé par un toit… Lol. J’ai vu les arbres qui tombaient mais qui se relevaient, c’était impressionnant !! Le patron disait que le toit n’allait pas faire long feu, ça commençait à bouger pas mal… Je ne suis restée que 5 minutes… et 5 minutes plus tard, tout le monde est descendu car le toit du balcon s’était effondré… Ce n’était que de la taule au fait.

Et quelques instants plus tard, le toit a du encore faire des dégâts, car le patron nous a bougeait de place. Nous n’étions plus vraiment en sécurité pour longtemps ici, il valait mieux aller dans le restaurant, la pièce d’à côté. On a bougé nos petits sacs à dos, les choses les plus importantes, quelques matelas pour dormir… Mais là, les gens ont commencé à monter aux chambres qui étaient à l’étage pour prendre leur gros sac à dos. Là j’ai commencé à m’affoler, et me dire qu’il valait mieux que j’en fasse autant. Mon gros sac à dos était resté dans ma chambre ! Mais comment y aller ?? C’était la panique, le vent soufflait à fond, c’était terrifiant à ce moment là. Ma pote est montée avec moi, on a pris mon sac, toujours en état, ouf ! On est redescendues en express, se réfugier à l’abri, où les sons du vent étaient moins terrifiants. Seulement à des moments, on sursautait tellement ça crachait fort !

Le patron nous payait des bières… Mais quelle mauvaise idée !!!!!!!!!!!!!!!! La bière ça donne grave envie de pisser !! Il était peut-être 23h30 environ, lorsque j’ai vraiment eu envie d’aller aux toilettes, mais trop peur d’y aller car, la fenêtre donnait sur dehors, et c’est TERRIFIANT !!!! Bien sûr, on a été coupé de lumière, donc je me munie d’une petite lampe de poche, et je vais aux toilettes, très hésitante bien sûr « j’y vais ? je n’y vais pas ? je peux pas, le mur va s’effondrer sur moi lorsque je vais être en train de faire, et personne me verra sous les débris du mur » mdr !!

Alors je me mets à faire pipi, très vite, j’essaie, mais à cause de la bière, ça n’en finit pas…. Coup de panique, j’ai envie de stopper et de me sauver en courant, mais je ne peux pas, je n’arrive même pas à arrêter cette envie de pisser, faut que je fasse. A peine finie, le papier à la main, je m’essuie en vitesse (finalement à peine), balance le papier et courre tout en me ré habillant, sans même penser à tirer la chasse d’eau…. Je vous jure c’est flippant d’avoir une fenêtre à côté de soi, et ce ne sont pas des fenêtres fermées, elles s’ouvrent et se referment un peu comme des volets automatiques. Tu as juste à man½uvrer un petit truc pour ouvrir ou refermer. Du coup, ce sont des planches de verre, et des fois, il arrive qu’elles soient cassées, du coup ça fait un vide et tu sens le vent passé un truc mortel !!!!!!!

Bref !!

 

Je vous raconte bien sûr tout en détail, car c’est vraiment un truc exceptionnel à vivre lol !!

Moi qui au début qu’on me parlait de ce cyclone, me demandait si ça allait être pire que la tempête 1999, je pensais bien que oui mais n’avait pas d’idée de tout ça… Quand papa m’a dit que la tempête n’était qu’à une vitesse de 160km/h, j’ai cru halluciner ! C’était le double ici…. !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! En même temps, c’est un cyclone, pas une tempête !! On n’a pas eu vraiment d’orage, en même temps, tu n’entends rien d’autre que le vent puissant. Même la pluie tu as du mal à l’entendre.

Je passais mon temps à envoyer des textos, pendant que ça captait encore…. Je flippais tellement qu’il fallait que je parle. Amis en France, papa, et aussi amis qui se trouvent à quelques kilomètres de moi, dans la même ville… J’apprends que tout le monde est encore en sécurité… Ouf ! Mais jusqu’à quand ?!

 

0h30, le vent se calme après près de 2h30 de carnage… On attend tout de même… J’en profite pour retourner aux toilettes tranquillement, même si l’envie n’était pas énorme… Je ressens le calme dehors, c’est ouf ! J’entends juste quelques feuilles tombées par ci par là…

Après presque 30minutes de calme, le patron ouvre les portes et on peut aller respirer un peu dehors, et découvrir les premiers dégâts. Le toit de notre balcon est bien par terre en effet, et une voiture a bien un gros pet sur le pare-brise… Un petit parc en face, où l’on peut voir déjà des arbres tombés. Humm… Premières photos prises….

Quelques autres gens dehors avec les lampes torches…

On est re-rentré à l’intérieur car la 2ème rafale allait arriver… On a donc eu 1h environ de calme… Puis le vent a repris vers les 1h30 du matin…. Nous avons tous essayé de dormir malgré tout… Certains bourrés ont réussi à dormir plus facilement que d’autres….

J’ai réussi à m’endormir… Je ne sais pas comment j’ai fais mais bon… Et je ne sais pas trop non plus vers quelle heure tout ce carnage s’est fini mais je dirais vers les 5h du matin. Dans ces environs là.

En tout cas, à environ 6h du matin, je suis sortie dehors. Les gens étaient déjà dehors et regardaient les dégâts….

Notre toit était toujours là, par terre, en plein milieu de la route, cabossé de partout. Les petites boutiques avaient leurs vitres éclatées… Je suis remontée dans l’hôtel, suis allée au balcon, qui était détruit ! Au même endroit où nous contemplions la veille au soir le vent et la pluie s’abattre… Tout avait volé !! Je suis allée dans ma chambre, inondée, comme toutes les autres. Pas grand-chose. Peut-être un centimètre à peine. Mais c’était mouillé ! J’étais là à me dire que si je n’avais pas pris mon gros sac à dos la veille, j’aurais tout simplement tout perdu ! Même si c’était le moins important, ça restait finalement important. Tous mes vêtements, et même le sac… Je n’ose pas imaginer ! J’ai bien fait… Le salon était inondé aussi et ça continuait à goutter.

 

Je me suis promenée dans presque toute la ville… à regarder tous les dégâts et ils étaient énormes ici. Des gros arbres énormes arrachés, particulièrement à la station de bus, des maisons détruites, partiellement, et entièrement… Je suis allée rendre visite à mon ancienne share-house. Ils étaient assis sur les marches des escaliers dehors. La japonaise avait les larmes aux yeux car sa maison était fissuré à l’intérieur, ça a failli se démolir, donc elle et ses locataires se sont réfugiées dans mon ancienne share house, chez les voisins. Elle ne savait pas quoi faire de ça, car elle est backpacker comme nous mais c’est elle qui a en charge la maison après l’agence immobilière. En fait, c’est un bâtiment qui comporte 4 maisons. Et donc, ici, ils ont passé une partie de la nuit, à se réfugier sous les matelas dans le salon.

Et encore… Je dois dire que ces 4 maisons ont une chance énorme car les 2 maisons, à leur gauche et à leur droite, ont été entièrement détruites.

Ce que je veux dire aussi, c’est que moi, une fois que l’on a bougé dans le restaurant, nous étions réfugiés entre 4 murs sans fenêtre (sauf pour aller aux toilettes), et on entendait déjà énormément le vent, mais ceux qui étaient dans des petites maisons, le son du vent devait être encore plus terrible et plus terrifiant que ce que j’ai vécu. Je n’ose même pas imaginer si j’aurais été dans une maison. Déjà que lorsque je suis allée aux toilettes, j’étais folle de peur, alors que ça dure en permanence comme ça… Je comprends la trouille qu’ils ont du avoir toute la nuit.

Tous les backpackers dans les maisons ne savent pas quoi faire face à ça, ils ne sont pas préparés et ne sont même pas relogés avant le cyclone, comme beaucoup d’australiens dans des endroits en sécurité. C’est bien dommage !!

Malgré tout, les gens gardent le sourire, même devant leurs maisons détruites. Bien sûr ils sont tristes, désemparés, mais tous ont l’espoir de reconstruire à nouveau !!!! Comme le sentiment que j’ai eu, et ça m’est arrivé d’en rire le lendemain face aux dégâts, car tu es tellement surpris de ce qui arrive, tu n’en reviens pas !!! C’est tellement dingue que tu arrives à en rire. Lol. Bon bien sûr, il y en a qui pleurent forcément.

Donc maintenant à Tully, les gens qui ont perdu leur maison sont logés dans les églises et endroits aménagés où matelas se collent les uns aux autres pour pouvoir dormir !

De la nourriture gratuite nous sont préparés avec les moyens du bord, dans quelques endroits de la ville, et le nettoyage de la ville commence… Mais il va en falloir du temps pour nettoyer tout ça !

Nous-mêmes sans logement, nous avons du être logé la nuit suivante chez le patron de l’hôtel, mais nous n’avons même pas été logé à l’intérieur. Seulement dans un hangar pour certains, à l’abri, ou sur la terrasse abritée pour d’autres, sans matelas. Pas très confortable pour ceux qui étaient dehors sur la terrasse, il pleuvait et il y avait encore du vent. Et il n’était pas question pour lui de nous reloger dans cet état une 2ème nuit, donc le vendredi matin, j’ai bougé chez un ami, dans sa maison. Sac sur le dos, je suis sur la route principale du centre, et les caméras sont là, à filmer. Je me suis fais interviewé, trop la classe !!!! J’ai du passé à la TV Channel 7, chaîne australienne, et je ne l’ai même pas vu… L

Du coup l’après-midi, j’ai aidé à débarrasser le jardin où les arbres étaient tombés chez celui qui m’hébergeait. Et j’ai pu prendre ma première douche depuis 2 jours… Quelle joie !

Il manque l’électricité à Tully et ça, pour encore les 3 prochaines semaines apparemment… L’eau n’est bien sûr pas buvable, même bouillie, mieux vaut éviter. Donc faut être équipé en bouteilles d’eau.

La petite superette à rouvert le vendredi matin, et le supermarché, qui a obtenu un gros générateur, a pu rouvrir le même après-midi. Mais les rayons se vident, et ne se remplissent pas encore…

 

Le samedi matin, il y avait un bus pour Cairns, gratuit. Du coup, vu qu’ici ce n’était pas possible de rester sans boulot et sans électricité, mon seul but est de partir ailleurs… Donc là je suis à Cairns, chez ma copine japonaise. Et je vais prendre un avion pour Darwin, Nord du pays. Tenter de trouver un nouveau job… Mais rapidement serait pas mal car l’argent commence à manquer à mon compte !! Et n’a pas du tout envie de rentrer en Franceeeeee… Hum lol !

Cairns n’a pas été touché, je me suis promenée dans la ville et je n’arrive pas à croire de ne voir aucune maison détruite, aucune vitre brisée, seuls quelques petits arbres arrachés, mais très peu !! Ici, l’activité reprend donc son plein… Tout le monde a rouvert et vit presque comme si rien ne s’était passé… Les gens en parlent quand même beaucoup… Ici à Cairns j’ai donc la télé, et je vois les autres dégâts dans les autres villes, c’est tout autant impressionnant. Mais c’est tout aussi impressionnant de se trouver maintenant à Cairns où tout paraît normal……. Même les bateaux n’ont pas été touchés ici. Incroyable !!!

 

Tully est l’une des 3 villes à avoir eu le plus de dégâts. 52 maisons touchées en tout. Lorsque j’ai pris le bus pour Cairns ce matin, j’ai vu les montagnes de Tully qui ne ressemblaient vraiment plus à rien. Et c’est là où j’ai cru que j’allais pleurer lol !! Quand je dis qu’elles ne ressemblent plus à rien, c’est vraiment que les ¾ des arbres sont détruits !! Je me souvenais à chaque fois que je prenais cette route, j’adorais admirer ces montagnes. Mais maintenant, elles sont moches, c’est le cas de le dire. Ils ne vont pas être en manque de bois, ça c’est certain !!!!! Les montagnes plus au Nord, en direction de Cairns, n’ont pas été autant détruits que ceux de Tully. Il reste beaucoup d’arbres.

80% de l’activité des bananes et 50% de la canne à sucre sont détruits. Les bananiers sont à plats ! lol. Truc de ouf à voir !

Mission Beach, à peine 30kms de Tully, là où vivent Christian et Elisabeth (je n’ai toujours aucune nouvelles d’eux ! Je pense qu’ils n’ont toujours pas de réseau téléphonique, et bien sûr, pas d’électricité non plus ! Je me demande si leur maison est détruite…), mais ici juste une vingtaine de maisons ont été détruites. Les routes côtières ont été explosées par le poids des arbres tombés… A Cardwell, plus de 200 maisons ne sont plus que des débris, et le nouveau port où se situaient tous les bateaux sont tous cassés, les uns dessus les autres presque…

 

Cardwell, Tully et Mission Beach, voici les 3 pires villes. Hum. Difficile de croire que j’étais cette nuit là, dans l’une de ses 3 villes.

 

En mars 2006, il y a 5 ans, le Cyclone Larry, placé lui en catégorie 4, avait été violent, et avait stoppé l’activité des bananes pendant un an (temps qu’il faut pour un bananier pour grandir !), à Tully, mais Innisfail, la seconde ville des bananes, avait subit le plus de dégâts.

Lorsque je lisais sur mon Lonely Planet l’article à propos de Larry, je n’en revenais déjà pas de ce qui avait pu arriver, et m’étais justement demandé comment tous les backpackers qui devaient se trouver ici à cette période là avait du ressentir ça. C’est complètement fou de se dire que j’ai finalement vécu la chose à laquelle je me posais des questions quelques mois auparavant. J’ai même vécu pire car d’après tous les australiens, Yasi a été beaucoup plus gros, plus violent que Larry !!

 

2011 is only a fucking beginning of year for Australia !!!!!

 

Flood, Cyclone, and next ?!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :